Rechercher
  • Tipicita

Comment vivre le confinement avec sérénité ?

Mis à jour : févr. 16


Tipicita Emmanuelle Launay - Sérénité

FAIRE UN CHOIX SUR L'ETAT D'ESPRIT QUE VOUS SOUHAITEZ ADOPTER

Tout commence par soi-même et tout vient de soi-même. Nous avons donc le choix d’être dans la lutte ou bien l’acceptation. Soit, vous décidez d’être dans la lutte, le combat, la souffrance, le refus de la situation et la sensation de blocage, de frein ou d’angoisse, augmentera. Soit, vous essayez de choisir l’acceptation de ce qui est et de comprendre l’enseignement à intégrer. Un nouveau défi que l’on refuse devient une crise, une nostalgie d’un passé que nous aimions et que nous avons perdu génère du stress et nous emprisonne dans des émotions négatives. Pour ma part j’ai choisi d’être dans la résilience et l’acceptation de ce qui est et que je ne peux changer.

Plutôt que de subir cette période de vie comme un élément néfaste et de penser à toutes les contraintes que cela engendre, peut-être est-il temps de se demander si cela ne serait pas le point de départ, une opportunité, pour changer, évoluer positivement. La vie nous apporte des obstacles nécessaires à notre évolution. Ce que l’on traverse est peut-être ce qu’il nous faut, pour en apprendre plus sur nous et pour nous amener à nous rendre compte de la richesse de nos ressources intérieures et potentiels. Reconnaitre et accepter ce qui est, ce que nous ressentons, est la première étape pour mieux gérer notre stress et émotions négatives. L’idée est donc de ne pas subir le confinement mentalement et de vivre véritablement cette situation comme une opportunité d’évoluer.

« L'impatience et le regret ne servent à rien : ils augmentent les chagrins, et en créent de nouveaux.» Johann Wolfgang von Goethe

VIVRE LE PLUS POSSIBLE EN PLEINE CONSCIENCE DANS L'INSTANT PRESENT

A chaque jour suffit sa peine. De façon très concrète la première chose à faire pour supporter cette situation est de ne pas compter les jours qu’il reste. D’une part parce que ce que nous n’avons toujours pas une confirmation de la fin du confinement et d’autre part parce que cela nous maintient dans l’impatience et donc hors du temps présent. Il est important également d’éviter de se focaliser sur ce qui ne va pas ou sur ce que l’on n’a pas, car cela réveille encore plus l'impatience et les frustrations. Le temps présent est la seule chose que l’on peut maitriser, si vous vous concentrez sur ce que vous faites, ce que vous ressentez dans le temps présent, vous avancerez avec plus de sérénité et un mental apaisé. Le temps passera alors plus vite 😉. Ayez également de la gratitude pour ce que vous avez déjà ici et maintenant et que d'autres non peut-être pas, comme avoir un toit, être en bonne santé, avoir un travail, être en famille, etc... La gratitude amène également beaucoup d'apaisement et au fur et à mesure que le temps sécoulera vous resentirai plus de zénitude, de joie, de calme intérieur et vos penseés seront plus positives.

REAPPRENDRE A COMMUNIQUER AVEC VOUS-MEME.

C’est quelque chose qui se perd. Notre société nous amène à la dispersion plutôt qu’à l’union avec soi et le monde extérieur. Nous vivons plus à l’extérieur, plutôt qu’à l’intérieur de nous-même, c'est pour cela que parfois nous pouvons perdre notre connexion avec nous-même et que l'on arrive pas à se recentrer. Se retrouver seul pour être à l'écoute de notre être intérieur peut devenir une révélation dès que l’on recommence à prendre conscience de sa vie intérieure. Etre seul ne doit pas être un moment difficile à vivre pour vous, mais plutôt un moment de joie où vous prenez du plaisir à vous retrouver car c'est un moment où vous prenez soin de votre être intérieur en étant en phase avec votre coprs et votre esprit.

Alors comment s’écouter ? Voici quelques exemples pour se retrouver avec soi-même :

-Prendre le temps de faire de la méditation de pleine conscience (quelques minutes plusieurs fois par jour suffisent),

-Se retrouver seul de temps en temps dans une pièce de notre logement pour s’introspecter ou bien lors d’une promenade en extérieur.

-Se relaxer avec une musique qui calme le mental, les tensions émotionnelles et apporte de la sérénité.

-Limiter l’exposition sur les écrans et les nouvelles journalistiques qui peuvent être anxiogènes ou stressantes.

-Etre à l'écoute de ses sensations physiques, de son ressenti, comme lorsque l'on entre pour la première fois dans un lieu que l'on ne connaissait pas auparavent ou bien au moment de s'endormir observer si l'on a des sensations particulières ou si l'on ressent une émotion etc...

« Moins on aime ce qu’une personne fait, plus c’est important de voir les bonnes raisons qu’elle a d’agir de cette manière » Marshall Rosenberg

REAPPRENDRE A COMMUNIQUER AVEC LES AUTRES

L’enfermement avec d’autres personnes peut nous permettre, si nous le décidons, d’apprendre et découvrir l’utilisation d’un autre mode de communication, qui est celui de l’échange de nos ressentis et de nos émotions plutôt que le débat, la projection de ce que nous n’aimons pas ou ne supportons pas chez l’autre. Ce que nous apprend la communication non violente est d’être dans l’empathie de l’autre pour mieux le comprendre. Faire part de votre propre vécu et vous intéresser à celui de votre voisin, avec bienveillance et empathie, sans critiques, ni reproches. Cela vous permettra de tisser de nouveau liens plus profonds et constructifs.

Cf quelques vidéos de Thomas d’Ansembourg pour mettre en pratique quelques techniques de communication non violente : https://www.thomasdansembourg.com/agenda/


N'hésitez pas à me contacter par téléphone si vous ressentez le besoin de vous faire aider ou bien si quelqu'un de votre entourage pourrait y trouver un intérêt. J'aurai le plaisir de vous écouter, de répondre à toutes vos question et de vous présenter la façon dont je peux vous accompagner pour retrouver calme, assurance, joie de vivre et mieux-être.